Louer un appartement meublé peut être un excellent moyen de se constituer des revenus supplémentaires. En fonction des recettes générées, vous serez soumis à différents régimes d’imposition. Vous pouvez tout de même choisir ce qui vous arrange le plus en fonction des charges que vous payez.

Choisir le régime fiscal qui vous convient

Le régime micro BIC et reel

  • Le régime micro BIC : si les recettes locatives générées sont inférieures à 70000 euros/an, elles sont considérées comme faisant partie des bénéfices industriels et commerciaux indépendamment du fait que la location soit faite toute l’année ou seulement de façon ponctuelle. Dans ce cas, vous pouvez bénéficier d’un abattement de 50% sur les recettes réalisées. Les personnes qui mettent en location une portion de leur habitation principale peuvent, sous certaines conditions, bénéficier d’une exonération d’impôt. L’abattement de 50% est censé couvrir toutes les charges induites par la mise en location. De ce fait, il n’est pas possible d’effectuer d’autres déductions de frais sur les recettes locatives. Le montant des recettes locatives est à déclarer dans la catégorie « revenus industriels et commerciaux non professionnels ». Il y a des conditions spéciales pour les gîtes ruraux et chambres d’hôtes car les revenus générés ne doivent pas excéder 170000 euros/an et l’abattement qui s’applique est de 71%.
  • Le régime réel : si le régime précédent ne vous arrange pas par rapport au montant de vos charges, vous pouvez faire le choix d’opter pour le régime réel même en touchant moins de 70000 euros/an à travers la location meublée. Dans ce cas, vous devez tenir une comptabilité en bonne et due forme et faire attention à prendre en compte l’ensemble de vos charges de façon précise. Si les revenus générés par la location meublée dépassent 70000 euros/an, vous n’aurez pas de choix à faire et serez automatiquement soumis au régime d’imposition réel.

Statut LMP et LMNP

PRINCIPE_LMNP

On distingue deux statuts différents pour les personnes qui font de la location meublée, celui de LMP (loueur meublé professionnel) par opposition à celui de LMNP (loueur meublé non professionnel). Le statut de LMNP peut s’appliquer si les revenus générés par la location sont :

  • Inférieurs à 23000 euros/an.
  • Représentent moins de la moitié de l’ensemble des revenus du foyer fiscal considéré.

Le statut de LMNP comporte un certain nombre d’avantages car aucune inscription au RCS (registre du commerce et des sociétés) n’est requise et qu’en plus, les charges ne sont imputables que sur les revenus provenant de la location meublée. Avec le statut LMP en revanche, ces charges sont imputables sur tous les revenus du foyer fiscal même s’ils ne sont pas issus de la mise en location du bien meublé. Par ailleurs, le statut LMNP est cumulable avec le dispositif de défiscalisation Censi-Bouvard. Ce dispositif permet de bénéficier de réductions d’impôts substantielles sur le montant du bien immobilier si la mise en location se fait pour au moins 9 ans.

Laisser un commentaire